Saint Prophète Sophonie

Homélie prononcée à la Crypte par le Père Elisée le 3 décembre 2017

XXVIème dimanche après la Pentecôte
Saint Luc XII, 16-21

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Chers frères et sœurs !

Aujourd’hui est un jour spirituellement très riche puisque nous commémorons d’une part le saint prophète Sophonie et d’une autre nous bénéficions d’un enseignement substantiel qui est à tirer de la parabole du riche insensé.

Cette parabole a une perspective eschatologique à la fois évidente et pressante :

  • nous détacher des biens de ce monde en nous tournant vers le Royaume des Cieux
  • veiller et prier pour discerner dans « les signes des temps » la venue même du Christ
  • et surtout hâter l’urgence de notre conversion.

Pour bien replacer cette parabole dans son contexte, il nous faut remonter quelques versets plus haut pour y voir qu’elle est introduite par la question d’un homme, venu solliciter le Christ afin qu’Il lui serve de médiateur dans une affaire d’héritage.

Or cet homme ignorait de toute évidence que le Christ se refuse par principe à entrer dans des questions d’argent, tout comme Il se défend à la fois contre toute exploitation politique ou temporelle ainsi que de son prestige de thaumaturge, de prophète et de Messie.

Cependant, le Seigneur en profite une fois de plus pour élever l’esprit de ses interlocuteurs des intérêts temporels vers le « trésor » éternel qu’est le Royaume des Cieux.

Dans les paraboles comme dans la prière ; la « méthode » du Christ est toujours la même : Il attend que l’on vienne à Lui et qu’on lui expose l’objet de nos requêtes.

Tel est le cas précisément ici où le Seigneur amorce sa réponse de manière subtile et profondément spirituelle : « Homme, qui donc m’a établi juge ou arbitre entre vous ? ».

D’un premier abord on pourrait être surpris de cette distanciation que Jésus semble vouloir mettre entre son interlocuteur et Lui… Lui ; qui connaissait pourtant Nathanaël avant même de le rencontrer personnellement; aurait pu nommer ce riche insensé par son prénom… et bien non ; il n’en est rien ! Il l’appelle « homme » ; voulant par ce biais appuyer l’écart entre les intérêts trop humainement matériels de ce riche personnage et la sphère divine qui ; en Lui le Christ ; s’est incarnée.

Voilà donc comment Il s’y prend pour nous détourner de tout héritage terrestre et nous attirer vers Son propre héritage ; l’héritage céleste ! Et si Il a effectivement pour tâche de nous départager, c’est uniquement en vue du Royaume, par le Jugement Dernier !

L’avarice qui est le sujet de cette parabole se doit donc d’être convertie ; faute de quoi elle devient à la fois de l’égoïsme et de l’idolâtrie ; et nous rappelle la précarité des biens de ce monde par le fait de l’imminence toujours éventuelle de notre mort ; ainsi qu’insiste Jésus à la fin de la péricope : « Insensé ! Cette nuit-même on te redemandera ton âme et les richesses que tu auras amassées, pour qui seront-elles ? ».

Voilà donc l’alternative : non pas entre richesse et pauvreté ; mais entre plénitude terrestre (c’est à dire temporaire) ; ou bien plénitude céleste et éternelle ! Autrement dit ; nous avons le choix d’un côté entre l’avarice fermée sur elle-même, stérile et d’avance condamnée par une mort spirituelle inévitable ; de l’autre la générosité qui dispense à autrui, non seulement les biens auxquels nous sommes attachés, mais aussi tous les dons que nous avons reçus de la libéralité du Créateur.

Au verset 19, lorsque ce riche insensé se vante en clamant « Mon âme tu as beaucoup de bien en réserve pour de nombreuses années : prends du repos, mange, bois et réjouis-toi ! » il se condamne lui-même car en se congratulant de la sorte, il se révèle en réalité sans âme ; car par l’accumulation de ses richesses c’est au contraire l’âme (et donc la vie) de pauvres personnes qu’il détient odieusement.

Et justement aujourd’hui, nous allons avoir l’occasion de mettre tout cela en pratique ; non seulement de par la quête spéciale que Mgr Jean nous demande de faire en ce jour pour l’ACER mais également par l’appel que l’association Montgolfière lance à l’approche de Noël. Pensons également aux diverses associations d’aide à nos frères chrétiens persécutés en Orient et qui ont vraiment besoin de notre soutien.

Mais n’oublions pas non plus notre paroisse qui vit pour vous, mais qui a besoin de vous pour vivre. Qu’il nous soit donc permis de vous demander d’être à jour dans vos cotisations ainsi que m’a demandé de le rappeler Lucia, notre chère trésorière.

Alors ; chers frères et sœurs ; quittes à être de « riches insensés », soyons-le à la manière du Prophète Sophonie !

Ce prophète était lui aussi un « riche insensé »… mais aux antipodes de celui de la parabole !

Le prophète Sophonie ; lui ; était riche des dons de Dieu et insensé aux yeux du monde, lui qui nous dit dans son livre : « Cherchez Yahvé, vous qui accomplissez ses ordonnances, cherchez la justice, cherchez l’humilité ; alors Yahvé sera au milieu de vous, Il exultera pour de joie pour vous, Il vous renouvellera par Son amour, Il dansera pour vous avec des cris de joie comme au jour de fête ».

Ainsi ; en ayant pour visée de nous appauvrir matériellement dans le but de nous enrichir spirituellement ; d’un même cœur et d’un même esprit ; faisons ensemble monter cette prière : « Saint Prophète Sophonie; prie Dieu pour nous ! »

Amen.

Père Elisée

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Top