Aux complies du jeudi

Source : http://www.pagesorthodoxes.net/metanoia/grand-canon1.htm

ODE 1

  1. (Hirmos) Le Seigneur est mon aide et mon protecteur,

c’est lui qui m’a sauvé, c’est lui mon Dieu, je le glorifierai ;

c’est le Dieu de mes pères et je l’exalterai, car il a fait éclater sa gloire.

Ps 118 ; Ex 15*1-2

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Agneau de Dieu, qui ôtes les péchés de tous,

décharge-moi du fardeau pesant de mes péchés

et accorde-moi, dans ta compassion, le pardon de mes fautes. Jn 1*29

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Voici le temps de la pénitence, je viens vers toi,

ô mon Créateur, décharge-moi du fardeau pesant de mes péchés

et accorde-moi, dans ta compassion, le pardon de mes fautes. Mt 11*28

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Ne me prends pas en dégoût, ô mon Sauveur,

ne me rejette pas loin de ta Face,

décharge-moi du fardeau pesant de mes péchés

et accorde-moi, dans ta compassion, le pardon de mes fautes. Ps 51*13

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. En effaçant, ô mon Sauveur, toutes mes transgressions,

volontaires et involontaires, manifestes et secrètes,

commises sciemment ou par ignorance,

aie pitié de moi, ô Dieu, et sauve-moi ! Ps 51*3 ; Lc 18*13

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Dès ma jeunesse, ô Sauveur, j’ai répudié tes commandements,

voué tout entier aux passions j’ai passé ma vie dans l’inconscience,

c’est pourquoi je m’écrie : “Ô mon Sauveur, avant la fin sauve-moi !” Lc 15*12-13

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Ayant dissipé le patrimoine de mon âme dans le dérèglement,

je me sens dépourvu du fruit de la piété et, tourmenté par la faim, je m’écrie :

“Père des miséricordes, accours vers moi et fais-moi grâce !” Lc 15*14-20

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Je me jette à tes pieds, ô Jésus, j’ai péché contre toi !

Décharge-moi du fardeau pesant de mes péchés

et accorde-moi, dans ta compassion, le pardon de mes fautes.

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. N’entre pas en jugement avec moi, ne dévoile pas mes actions,

ne scrute pas mes intentions ni mes désirs,

mais dans ta compassion efface mes misères et sauve-moi ! Ps 130*3-4

 

Gloire au Père…

 

Ô Unité simple et Incréée, Nature éternelle glorifiée en trois Hypostases,

sauve-nous, nous qui t’adorons en confessant ta puissance !

 

Maintenant et toujours…

 

Ô Mère de Dieu, espérance et protection de ceux qui te chantent,

allège le poids, le fardeau de mes péchés ;

très-sainte Dame, accueille-moi transformé par le repentir.

 

ODE 2

 

  1. (Deuxième hirmos) Comprenez, comprenez que c’est moi qui suis Dieu !

J’ai fait jadis pleuvoir la manne au désert et jaillir l’eau du rocher,

pour mon peuple, par ma Droite et par ma Puissance !

Ps 46*11 ; Ex 16*14 ;-15 ; Ex 17*6

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. “J’ai tué un homme pour ma blessure, j’ai fait périr un jeune homme

pour ma meurtrissure”, criait Lamech en pleurs.

Et toi, ô mon âme, tu ne frémis pas d’avoir souillé ta chair

et contaminé ton esprit honteusement. Gn 4*23

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Par ma recherche du plaisir, ô combien j’ai imité Lamech,

l’antique homicide, en frappant mon âme comme un semblable,

et mon esprit comme un jeune homme ; j’ai suivi Caïn, le meurtrier,

en tuant mon corps, mon propre frère. Gn 4*23 ; 4*8

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Tu as imaginé, ô mon âme, de bâtir une tour

et de la fortifier par tes désirs avides,

mais le Créateur a confondu tes projets et jeté à terre tes machinations. Gn 11*4 ; 11*8

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Je suis blessé, je suis meurtri, les flèches de l’ennemi ont percé

et déchiré mon âme et mon corps ;

ce sont les blessures, les ulcères et les brûlures

provoqués par mes passions indomptées.

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Le Seigneur, autrefois, fit pleuvoir le feu du ciel

et consuma l’iniquité des habitants de Sodome ;

et toi, ô mon âme, tu allumes toi-même le feu de la géhenne

où tu devras brûler. Gn 19*24-25

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Apprenez, comprenez que c’est moi qui suis Dieu :

Je scrute les coeurs et je corrige les pensées.

Je manifeste les oeuvres et Je consume les péchés.

Je fais justice à l’orphelin, à l’humble et à l’indigent. Ps 139*1-2 ; 10*18

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Enfoncée dans l’abîme des tentations, tu étendis les mains, ô Marie,

vers la tendresse de Dieu et, comme à Pierre,

l’Ami des hommes tendit sa main secourable,

car c’est ta conversion qu’il cherchait par-dessus tout.

 

Gloire au Père…

 

Ô Père sans commencement, Fils co-éternel, Paraclet plein de bonté,

Esprit de droiture, Père du Verbe Divin, Verbe du Père Éternel,

Esprit Vivant et Créateur, Trinité et Unité, aie pitié de moi !

 

Maintenant et toujours…

 

Sainte Dame, Mère de Dieu, espoir de ceux qui accourent vers toi,

havre qui nous sauves de la colère des flots,

implore ton Créateur et ton Fils de nous faire grâce par ton intercession.

 

ODE 3

 

  1. (Deuxième hirmos) Affermis, Seigneur, mon coeur ébranlé sur le rocher

de tes commandements, car toi seul tu es Saint et Seigneur. 1S 2*2 ; Ps 40*2

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Fuis comme Loth, ô mon âme, l’embrasement du péché,

fuis loin de Sodome et de Gomorrhe,

fuis les ardeurs brûlantes des désirs insensés. Gn 19*23-24

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Aie pitié de moi, Seigneur, aie pitié de moi, je crie vers toi,

fais-moi grâce quand tu viendras avec tes anges

pour rendre à chacun selon ses oeuvres. Mt 16*27

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Ne rejette pas, ô Maître, la prière de ceux qui chantent tes louanges,

mais sois compatissant, ô Ami de l’homme,

et pardonne les péchés de ceux qui t’invoquent avec foi.

 

Gloire au Père…

 

Trinité toute-digne de nos chants, Dieu unique en trois personnes,

sauve-nous qui fidèlement nous prosternons devant ta majesté

 

Maintenant et toujours…

 

Sans semence tu as conçu le Fils du Père intemporel,

tu l’as mis au monde et dans le temps :

étrange merveille, Vierge et Mère de Dieu !

 

ODE 4

 

  1. (Hirmos) Ayant appris ton avènement, Seigneur,

le prophète fut saisi de stupeur ; sachant que tu naîtrais d’une Vierge

et te manifesterais aux hommes il s’écria :

“J’ai entendu ta clameur et j’ai eu peur !

Gloire à ta puissance, Seigneur !” Ha 3*2

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Je suis exclus de la chambre nuptiale,

banni loin du festin des noces de l’Agneau ;

ma lampe s’est éteinte faute d’huile, pendant mon sommeil

les portes se sont refermées et le festin s’est consommé sans moi ;

pieds et mains liés on m’a jeté dehors. Mt 22*13 ; 25*1-13

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. L’Église est le calice qui reçoit, de ton Côté vivifiant,

la double source du pardon et de la connaissance, figure des deux Testaments,

l’ancien et le nouveau, en un seul réuni, ô mon Sauveur ! Jn 19*34

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Le temps de ma vie est court, plein de douleur et de fatigue ;

accueille ma pénitence et appelle-moi dans ta lumière,

que je ne devienne pas la proie de l’ennemi,

ô Sauveur sois compatissant ! 1P 5*8

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Mon coeur est fier, vain et follement enivré d’orgueil ;

ne me condamne pas avec le pharisien, mais donne-moi l’humilité du publicain,

et que sa part soit aussi la mienne, ô Juge compatissant. Lc 18*13-14

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. J’ai profané le vase de ma chair, je le sais, ô Compatissant,

mais accueille ma pénitence et appelle-moi dans ta lumière,

que je ne devienne pas la proie de l’ennemi ! 2Tm 2*20-21

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Je me suis fait une idole de moi-même, Seigneur miséricordieux,

et j’ai souillé mon âme par les passions,

mais accueille ma pénitence et appelle-moi dans ta lumière,

que je ne devienne pas la proie de l’ennemi !

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Je n’ai pas entendu ta voix et je n’ai pas obéi à ta Loi,

mais accueille ma pénitence et appelle-moi dans ta lumière,

que je ne devienne pas la proie de l’ennemi !

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Tombée au fond du gouffre des péchés, tu n’en es pas restée la proie,

mais reprenant ton essor, par tes oeuvres tu t’élevas

jusqu’au sommet des vertus, provoquant, ô Marie, l’admiration des anges saints.

 

Gloire au Père…

 

Nous te glorifions, ô Trinité, Dieu unique, “Saint, Saint, Saint es-tu,

Père, Fils et Saint Esprit, essence unique et simple, et toujours adorée !”

 

Maintenant et toujours…

 

Ô Vierge, tu as enfanté et vierge tu es demeurée,

car ton sein virginal met au monde Celui qui renouvelle

les lois de la nature : Dieu lui-même le veut ainsi.

 

ODE 5

 

  1. (Hirmos) Dans la nuit je veille, éclaire-moi, ô Ami de l’homme,

guide-moi sur le chemin de tes commandements

et enseigne-moi, mon Sauveur, à faire ta Volonté. Is 26*9-20 ; Ps 143*8-9

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Imite, ô âme infortunée, la femme hémoroïsse,

approche, saisis la robe du Christ pour être délivrée de tes douleurs

par cette parole suave : “Ta foi t’a sauvée !” Mc 5*27-34

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Suis l’exemple de la femme courbée, ô mon âme, approche,

prosterne-toi aux pieds de Jésus et il te relèvera ;

tu marcheras le front haut dans les sentiers du Seigneur. Lc 13*11-13

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Le puits est profond, ô Maître, fais couler sur moi les flots

qui jaillissent de ton Coeur, afin que je n’aie plus soif comme la Samaritaine,

car c’est de toi que s’écoulent les torrents de la vie. Jn 4*11-14

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Que mes larmes soient pour moi comme la piscine de Siloé,

Seigneur et Maître, où je pourrais laver les yeux de mon âme,

et te contempler en esprit, ô Lumière d’avant les siècles. Jn 9*7

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous…

 

Lorsque, poussée par un amour sans égal,

tu as désiré te prosterner devant l’Arbre de la vie,

ton voeu fut exaucé ; rends-moi digne de la gloire d’en-haut.

 

Gloire au Père…

 

Ô Père sans commencement, Fils co-éternel, Paraclet plein de bonté,

Esprit de droiture, Père du Verbe Divin, Verbe du Père Éternel,

Esprit Vivant et Créateur, Trinité et Unité, aie pitié de moi !

 

Maintenant et toujours…

 

De toi, ô Vierge immaculée, sainte Mère de Dieu,

le divin créateur des siècles éternels prit notre chair

pour s’unir intimement à la nature des mortels.

 

ODE 6

 

  1. (Hirmos) De tout mon coeur j’ai invoqué

le Dieu de miséricorde et il m’a entendu.

Il m’a fait remonter de l’enfer, il a libéré ma vie de la corruption. Jon 2*3-10

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. C’est moi, ô Sauveur, qui suis la drachme à l’effigie royale,

autrefois échappée de tes mains !

Hâte-toi, ô Verbe, d’allumer le flambeau, figure de ton précurseur,

pour chercher et retrouver ton image. Lc 15*8

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Pour éteindre le brasier de tes passions, ô Marie,

tu fis couler tes larmes en flots abondants ;

à cette grâce accorde-moi de participer également.

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Par ta vie sublime d’ici-bas, ô Marie, tu as gagné le céleste repos ;

pour ceux qui chantent ta louange obtiens du Seigneur

qu’ils soient délivrés de leurs passions.

 

Gloire au Père…

 

Ô Trinité supersubstantielle, qui es adorée dans ton Unité,

soulage-moi du fardeau pesant de mes péchés,

et accorde-moi dans ta compassion des larmes de repentir.

 

Maintenant et toujours…

 

Ton sein a mis au monde pour nous un Dieu

qui se conforme à notre humanité ;

ô Mère de Dieu, supplie le Créateur de l’univers

afin que par tes prières nous soyons justifiés.

 

(Kondakion) Réveille-toi ! pourquoi dormir, ô mon âme,

pourquoi dormir ainsi ? car voici la fin s’approche,

et tu rendras compte au jugement.

Veille donc, ô mon âme, pour que t’épargne le Christ Dieu,

lui qui est partout, dans tout l’univers qu’il comble de sa présence.

 

ODE 7

 

  1. (Hirmos) Nous avons péché, nous avons été rebelles,

nous avons commis l’injustice devant ta Face,

nous n’avons pas gardé ni pratiqué tes commandements,

pourtant, à l’heure dernière, ne nous rejette pas, Dieu de nos pères !

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Tu as accumulé, ô mon âme, les crimes de Manassé,

en détournant ton libre-arbitre, en adorant des idoles

et en multipliant les profanations ; hâte-toi, cependant,

d’imiter sa fervente pénitence et excite en toi le repentir ! 2Ch 33*1-13

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Je me prosterne devant toi et mes larmes parlent pour moi :

“J’ai péché plus que la prostituée, plus que tout homme sur terre

j’ai méprisé ta loi ; aie pitié, ô Maître,

de ta créature et rappelle-moi !”

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. J’ai sali ton image et méprisé tes commandements,

toute ma beauté s’est flétrie et ma lampe s’est éteinte au souffle des passions ;

aie pitié de moi, Sauveur, et accorde-moi,

comme chante David, l’allégresse et la joie ! Ps 51*1-10

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Retourne-toi, convertis-toi, dévoile tes secrets,

dis à Dieu qui connaît toutes choses : “Toi seul, Sauveur,

comme chante David, tu connais ce qui est caché dans mon coeur,

aie pitié de moi, selon ta grande miséricorde.” Ps 51

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Mes jours se sont évanouis comme songe au réveil,

tel Ézéchias je pleure sur ma couche

pour que le temps de ma vie soit prolongé ;

mais quel Isaïe viendra vers toi, ô mon âme,

sinon le Dieu de toutes choses. 2R 20*1-11

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Ayant imploré le secours de la sainte Mère de Dieu,

tu as détourné la violence des passions

et t’es mise à l’abri des ruses de l’ennemi.

À moi qui suis ton serviteur, porte-moi secours en l’affliction.

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Celui que tu as tant désiré, dont tu as suivi les pas,

t’a conduite et soutenue dans la voie du repentir :

et ce Dieu compatissant, sans cesse implore-le,

pour qu’il nous délivre des passions et nous sauve de tout danger.

 

Gloire au Père…

 

Indivisible substance, Divinité unique en Trois Personnes distinctes

dont le règne et le trône sont un, je te chante

l’hymne trois fois sainte au plus haut des cieux !

 

Maintenant et toujours…

 

Nous te chantons, nous te bénissons, devant toi nous nous prosternons,

ô Mère de Dieu, car tu as enfanté l’Un de la sainte Trinité,

ton Fils et ton Dieu, entr’ouvrant pour nous le ciel sur la terre.

 

ODE 8

 

  1. (Hirmos) Celui que les puissances célestes glorifient,

Celui devant qui frémissent les chérubins et les séraphins,

que tout ce qui respire, que toute créature le louent,

le bénissent et l’exaltent dans les siècles.

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Comme un vase de parfum précieux, je répands sur ta tête,

ô Sauveur, la myrrhe de mes larmes ;

je crie vers toi, comme la prostituée, implorant ta miséricorde ;

je te présente ma supplique et j’aspire à la rémission de mes fautes. Mc 14*3

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Nul comme moi n’a péché contre toi, accueille-moi,

pourtant, Sauveur plein de bonté, je fais pénitence dans la crainte et le regret en criant : “Contre toi seul j’ai péché, j’ai commis l’iniquité, aie pitié de moi !”

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Épargne ta créature, ô Sauveur, recherche-moi, ô bon Pasteur,

comme ta brebis égarée, arrache-moi au loup dévorant

et fais de moi un agneau de ton bercail. Mt 18*12 ; Jn 10*11

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Au jour où tu siégeras à ton tribunal, ô mon Juge compatissant,

faisant resplendir l’éclat terrible de ta gloire, ô Christ, quelle épouvante !

La fournaise est brûlante et le monde entier est saisi de terreur

à l’aspect de ta Majesté divine. Mt 25*31-46

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Illuminée par la Mère de la Lumière sans déclin,

tu échappas aux ténèbres des passions ;

ayant reçu en toi la grâce de l’Esprit,

illumine, ô Marie, les fidèles qui te chantent.

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Saint Zosime fut frappé d’étonnement à la vue de ce miracle nouveau,

car tu devins, ô Marie, un Ange dans la chair ;

et, ravi, d’admiration, il glorifiait le Christ dans les siècles.

 

Gloire au Père…

 

Père du Verbe Dieu, Fils coéternel et Verbe du Père intemporel,

Esprit consolateur et créateur de vie,

Trinité toute-sainte, Aie pitié de moi, Ô Dieu, aie pitié de moi. pitié de nous.

 

Maintenant et toujours…

 

En ton sang l’Emmanuel comme de pourpre fut vêtu, et c’est en toute vérité,

ô Vierge immaculée, que nous honorons ta divine maternité.

 

ODE 9

 

  1. (Hirmos) Virginalement conçu d’une mère sans époux

et engendré sans corruption, le fruit divin demeure inexplicable ;

la naissance de Dieu renouvelle la nature des êtres.

C’est pourquoi toutes les générations te magnifient

et te saluent fidèlement, ô Mère et Épouse de Dieu !

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Sois compatissant, sauve-moi, aie pitié de moi, Fils de David !

Toi qui d’une seule parole a libéré les possédés,

fais-moi entendre ta voix compatissante, comme le larron jadis l’entendit :

“Amen, je te le dis, tu seras avec moi en paradis,

quand je viendrai dans ma gloire !” Lc 23*43

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. L’un des larrons crucifiés avec toi t’insultait, l’autre confessait ta Divinité.

Ô Très Compatissant, ouvre-moi les portes du Royaume de gloire,

comme tu as ouvert au larron qui eut foi en toi

et te confessa comme Dieu ! Lc 23*39-43

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. La création te voyant sur la Croix fut plongée dans la terreur :

les montagnes et les rochers se fendirent,

la terre trembla et l’enfer fut dépouillé ;

la lumière au milieu du jour s’obscurcit en te voyant,

ô Jésus, crucifié dans ta chair ! Mt 27*45-51

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. N’exige pas de moi de dignes fruits de pénitence,

car mes forces sont épuisées,

donne-moi un coeur contrit, accorde-moi la pauvreté en esprit,

pour que je puisse, ô unique Sauveur,

te les offrir comme un sacrifice agréable. Ps 51*19

 

Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi.

 

  1. Tu me sondes et tu me connais, toi qui reviendras

avec tes anges pour juger le monde, incline sur moi un regard compatissant,

aie pitié de moi et fais-moi grâce, ô Jésus, en effaçant mes péchés

plus nombreux que tous ceux commis par le genre humain. Ps 139*1

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Tous les anges dans le ciel et les mortels sur la terre sont frappés d’admiration

pour ta sublime vie hors de l’humaine condition : comme un ange dans la chair

et telle un pur esprit, tu traversas le Jourdain, ô Marie, en l’effleurant de tes pas.

 

Sainte Mère Marie, intercède pour nous.

 

Touche le coeur du Créateur envers les chantres de ton nom,

ô sainte Marie, afin que, délivrés de la peine et des dangers

qui font cercle autour de nous, et libérés des tentations,

sans cesse nous puissions magnifier le Seigneur qui t’a glorifiée.

 

Saint André de Crète, intercède pour nous.

 

Pasteur de Crète, saint André, ô Père trois fois heureux,

intercède sans répit pour les chantres de ton nom,

afin qui soient délivrés de toute inquiète pensée,

de l’affliction et du péché ceux qui vénèrent ta mémoire sans fin.

 

Gloire au Père…

 

Consubstantielle Trinité, nous chantons l’unité de tes personnes,

glorifiant le Père et magnifiant le Fils,

nous prosternant devant l’Esprit, Dieu unique en vérité,

unique et triple vie, éternelle royauté.

 

Maintenant et toujours…

 

Très-sainte Mère de Dieu, garde sous ta protection le peuple chrétien

qui partage royalement ton souverain pouvoir et triomphe

grâce à toi des assauts de l’Ennemi et de toute tentation.

 

  1. Virginalement conçu d’une mère sans époux

et engendré sans corruption,

le fruit divin demeure inexplicable ;

la naissance de Dieu renouvelle la nature des êtres.

C’est pourquoi toutes les générations te magnifient et te saluent fidèlement,

ô Mère et Épouse de Dieu !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Top