Commentaire patristique par saint Césaire d’Arles

Saint Césaire d’Arles

Dieu accepte nos offrandes d’argent et prend plaisir aux dons que nous faisons aux pauvres, mais à cette condition : que tout pécheur, quand il offre à Dieu son argent, lui offre en même temps son âme…

Quand le Seigneur dit : “Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu” (Mc 12,17), que semble-t-il dire d’autre sinon : “Comme vous rendez à César son image sur la pièce d’argent, rendez aussi à Dieu en vous-mêmes l’image de Dieu” (cf Gn 1,26)…

C’est pourquoi, comme nous l’avons déjà dit souvent, quand nous distribuons de l’argent aux pauvres, offrons notre âme à Dieu afin que là où est notre trésor, là aussi puisse être notre cœur. En effet, pourquoi Dieu nous demande-t-il de [donner de] l’argent ? C’est à coup sûr parce qu’il sait que nous l’aimons particulièrement et que nous y pensons sans cesse ; et que là où est notre argent, là aussi est notre cœur. C’est pourquoi Dieu nous exhorte à faire des trésors dans le ciel en faisant des dons aux pauvres ; c’est pour que notre cœur suive là où nous avons déjà envoyé notre trésor et que, lorsque le prêtre dit : “Élevons notre cœur”, nous puissions répondre avec une conscience tranquille : “Nous le tournons vers le Seigneur”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Top