Commentaire patristique par saint Jean-Chrysostome

La richesse spirituelle échappe à tous les périls

Quand nous avons dernièrement parlé du paralytique qui gisait dans son lit auprès de la piscine, nous avons trouvé un grand et magnifique trésor, non en creusant la terre, mais en examinant les sentiments de ce malade ; nous avons trouvé un trésor, non d’or, d’argent et de pierres précieuses, mais de force, de sagesse, de patience, d’espoir en Dieu : ce qui vaut mieux que l’or et la richesse.

La richesse matérielle vous expose aux embûches des voleurs, à la langue des calomniateurs, aux attaques des brigands, aux crimes de vos propres esclaves, et si vous évitez tout cela, elle ne vous en causera pas moins les plus grands malheurs en attirant sur vous les regards de l’envie et vous suscitant mille tempêtes.

La richesse spirituelle échappe à tous ces périls, nul accident ne peut l’atteindre dans la haute région où elle est placée, elle se rit des voleurs, des brigands, des envieux, des calomniateurs, et même de la mort.

La mort ne la sépare pas de celui qui la possède; au contraire, c’est après la mort surtout qu’elle lui est assurée, qu’elle le suit, qu’elle habité avec lui dans la vie future, qu’elle plaide puissamment en sa faveur et lui rend le juge propice.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Top