Posts Tagged: Annonciation et Dimanche de sainte Marie l’Égyptienne

Évangile de l’Annonciation

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Chapitre Ier versets 24 à 38

24 Quelque temps plus tard, sa femme Élisabeth devint enceinte. Pendant cinq mois, elle garda le secret. Elle se disait :

25 « Voilà ce que le Seigneur a fait pour moi, lorsqu’il a daigné mettre fin à ce qui faisait ma honte aux yeux des hommes. »

26 Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, 27 à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.

28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

29 A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.

30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.

31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.

32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;

33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? » (1)

35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu.

36 Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ‘la femme stérile’.

37 Car rien n’est impossible à Dieu. » (2)

38 Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

Notes :

(1) « Je suis vierge », litt. « je ne connais pas d’homme ».

(2) cf. Gn 18, 14 (-> 12).

Épître de l’Annonciation – Il Lui fallait devenir en tout semblable à ses frères

Épître aux Hébreux

Chapitre II versets 11 à 18

11 Car Jésus qui sanctifie, et les hommes qui sont sanctifiés, sont de la même race ; et, pour cette raison, il n’a pas honte de les appeler ses frères,

12 quand il dit : Je proclamerai ton nom devant mes frères, je te louerai en pleine assemblée. (1)

13 et encore : Je mettrai toute ma confiance en lui, et encore : Me voici avec les enfants que Dieu m’a donnés. (2)

14 Ainsi donc, puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le démon, (3)

15 et il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.

16 Car ceux qu’il vient aider, ce ne sont pas les anges, ce sont les fils d’Abraham.

17 Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères, pour être, dans leurs relations avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d’enlever les péché   du peuple.

18 Ayant souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l’épreuve.

Notes

(1) 2, 12 : cf. Ps 21 (22), 23.

(2) 2, 13 : cf. Is 8, 17-18.

(3) 2, 14 : « humaine », add.

Top